Le prince ne tarda pas à envoyer un message par l’intermédiaire de Pierre Bure : conscient de la situation précaire d’Éléonore, il demanda à son ami de bien vouloir veiller sur elle et ses enfants. C’était clair : le prince sacrifiait l’amour à la raison d’état. Déçue mais bien entourée, Éléonore repris le court de sa vie au bras de Pierre Bure.

En février 1848, une révolution éclata à Paris qui fit abdiquer le roi Louis-Philippe. Des élections législatives s’ensuivirent et le plan du prince, élaboré à la prison de Ham, se mit en place. Il fut élu député et à peine trois mois plus tard, il triompha avec 75% des suffrages à la présidence de la République. Bloqué par une assemblée nationale qui lui était défavorable, il ne put mener la politique économique et sociale promise et provoqua un coup d’état en décembre 1851. Il proposa, par voie de plébiscite, de revenir à un régime impérial et fut proclamé Empereur sous le nom de Napoléon III en décembre 1852. Le second Empire prenait place dans l’histoire de France.

Napoléon III mit l’accent sur le développement économique, avec la création de grandes banques (Crédit Lyonnais, Société Générale), sur la modernisation des transports et des infrastructures en France comme à l’étranger (canal de Suez).

De son côté, la famille Bure s’agrandit en 1850 avec l’arrivée d’un fils, Pierre Alexandre puis d’un second en 1857, Adrien Léon. Et c’est en 1859, un an après son mariage avec Eléonore, que Pierre Bure acheta un château entouré d’un important domaine à la Chapelle-Rablais : le château des Moyeux.
Aidés par la dotation de l’Empereur, la fortune du couple était alors à son apogée. Une trentaine de domestiques et de serviteurs entretenaient le château et le couple organisait des réceptions et des fêtes à la hauteur du rang du maître de maison. Mais la corne d’abondance qu’était la couronne se referma en septembre 1870 à la chute de l’Empire et Pierre Bure, n’étant plus en mesure de l’entretenir, revendit le château le 13 septembre 1872.

Que sont devenus les enfants de l’Empereur ?
C’est sur la fin de son règne que Napoléon III pensa à anoblir ses deux fils qu’il dotera richement. Par décret du 11 juin 1870, Eugène devint comte d’Orx et Louis, comte de Labenne, deux communes du département des Landes.
Quant au prince impérial Louis-Napoléon, fils unique de Napoléon III et de son épouse l’impératrice Eugénie, il perdit la vie en Afrique Australe sous l’uniforme britannique le 1er juin 1879, tué par des Zoulous.

Un descendant de Napoléon III au château des Moyeux

banquet-d-orx-chateau-moyeux
L’association des amis de Napoléon III s’est réunie au château en mars 2009 et Jean-Marc Banquet d’Orx, l’arrière-petit-fils de Jean dit Adrien Banquet, né en 1867, fils naturel d’Eugène-Alexandre Bure, comte d’Orx, lui-même fils naturel de Napoléon III et d’Eléonore Vergeot, nous a fait le plaisir de venir.